Contactez-moi au 06.74.02.80.26 ou par mail : correze.guidage@gmail.com

« Ils ont les chapeaux ronds… »

Publié par Corrèze-Guidage le

Nous sommes fin février et la fermeture du sandre sur nos lacs de barrages approche à grand pas quand je reçois un appel de Sylvain de la société Nomade Pêche

Matthieu, originaire de Bretagne souhaite un séjour pour découvrir la pêche du sandre en verticale. Il est exclusivement pêcheur en mer et les seules connaissances qu’il a sur cette technique se résume à un livre qu’il a lu quelques temps auparavant. Ce livre avait suscité en lui le désir de se confronter à ce poisson énigmatique. Les conditions météo du moment ne sont pas les meilleures ; en effet la pluie accompagnée de rafales de vent ne va pas nous faciliter la tâche ! 

En revanche, un point positif non négligeable me donne confiance : un  redoux significatif installé depuis plusieurs jours. 

En effet, l’hiver est long et rude en Corrèze cette année mais depuis quelques jours les températures restent au dessus du 0° le jour comme la nuit. 

Le séjour est confirmé, les réservations auprès de mon partenaire hébergeur sont effectuées, il ne me reste donc plus qu’à faire attraper quelques sandres à Matthieu !

La veille de son arrivée je décide d’aller prendre la température sur un des barrages que j’ai en tête pour accomplir notre mission. Ce lac a un profil en pente douce, peu encombré avec une population de sandre bien représentée.

La première et majeur contrainte de notre séjour est la négociation des dérives avec les fortes rafales de vent. La pêche se fera à 90% en verticale et le contrôle de la ligne est primordiale pour être efficace. Le profil de ce lac en pente douce sera plus facile à négocier pour un pêcheur néophyte. 

Lors de cette journée de prospection je dois valider quelques informations.

La profondeur où se tiennent les poissons, les zones du lac où le poisson fourrage est regroupé et explorer la piste des leurres à utiliser en priorité. 

Je commence par naviguer en pleine eau dans les profondeurs importantes pour repérer les poissons suspendus. Leur positionnement dans la couche d’eau me donne une idée des profondeurs où ces derniers peuvent se maintenir. 

Je repère rapidement deux secteurs avec des regroupements importants de poissons blancs. En effet, avec ces températures et le faible niveau d’activité des poissons je préfère prospecter longtemps une zone qui rassemble tous les facteurs propices aux carnassiers plutôt que de parcourir le lac. Je sais qu’ils sont là et je ne veux pas manquer le moment où ils vont rentrer en phase d’activité. Le choix des leurres, la vitesse et le sens des dérives sur ces zones auront alors un réel intérêt pour déclencher les touches. 

Je fais plusieurs allers-retours sur une route noyée et les premiers contacts ne tardent pas. Je remarque que les poissons prennent toujours dans le même sens de dérive.

Après avoir prospecté plusieurs secteurs et étant satisfait des informations recueillis, il est temps de sortir de l’eau pour aller accueillir Matthieu comme il se doit !

Jour 1

Matthieu souhaite dans un premier temps vivre un vrai dépaysement et se perdre en pleine nature. Je décide donc de passer la première journée sur le barrage de l’Aigle ; ce lac avec un profil en V dans les gorges de la Dordogne s’avère être un lac technique où il n’est pas rare de croiser de très jolis sujets. Nous allons prospecter deux grands plateaux pour commencer l’apprentissage de la pêche du sandre.

Nous abordons tous les aspects de cette technique et nous entrainons à réaliser des dérives efficaces. Nous partons de zéro est n’avons aucune idée de la profondeur des poissons, j’effectue alors de larges S pour faire évoluer son leurre dans plusieurs profondeurs. 

Après une timide touche de sandre qui ne se concrétise pas je m’arrête sur un regroupement de poissons et lui monte un leurre à jigger, quelques animations plus tard… Voici le premier monstre d’eau douce pour Matthieu !

A peine remis de cet intense combat  je demande à Matthieu de redescendre son leurre. Les perches sont en chasses, il faut en profiter ! Plusieurs perches suivront mais la moyenne n’est pas très haute. Le compteur est cependant bien ouvert !

Une fois le pic d’activité terminé nous repartons traquer les sandres. La journée se terminera sur une touche supplémentaire manquée.. décidément.. Ce poisson sait ce faire désirer !

Nous avons suivi le plan en espérant que les sandres viennent chasser sur ces plateaux à un moment de la journée. Je refuse d’aller les pêcher dans plus de dix mètres car les chances de survie de ces derniers sont trop faibles dans ces conditions…

Tant-pis pour les sandres de la Dordogne et place à une nouvelle journée pêche !

Jour 2

C’est plein d’espoir et d’énergie que nous attaquons ce deuxième jour. Nous enchainons les dérives sur le premier spot Le poisson fourrage y est bien présent. Nous alternons les leurres, la vitesse, le sens des dérives mais rien n’y fait… Les conditions climatiques et le manque d’activité des poissons commencent à impacter le moral de Matthieu. Il est temps pour moi de trouver la solution. Nous sommes seulement en milieu de matinée et je suis loin d’avoir rabattu toutes mes cartes ! 

Je décide de changer de secteur et d’aller voir si les sandres sont toujours en place sur cette route noyée. Lors de la navigation Matthieu me lance « C’est quand même très compliqué la pêche du sandre en hiver… » 

Je sens sa déception et je lui réponds : « La pêche est un ascenseur émotionnel : la minute d’avant nous sommes rongés par le doute et celle d’après le poisson est dans l’épuisette et on a tout oublié tellement la joie est grande ! Faut s’accrocher, ça va payer ! »

Nous arrivons sur le spot. Je décide d’attaquer la dérive directement dans le sens où j’avais pris les poissons deux jours avant et dix mètres plus loin c’est la libération ! Il a enfin senti cette frappe dans la canne si spécifique à ce poisson et quelques tours de moulinet plus tard le voila dans l’épuisette ! Matthieu me saute dans les bras en criant de joie : voilà ce que voulais dire cette phrase prononcée quelques minutes plus tôt !

Nous reprenons la dérive et quelques mètres plus loin… 

Matthieu est en pleine confiance et le spot porte ses promesses. Il n’y a plus qu’à apprécier chaque moment !

Après cette belle série je décide de retourner sur le secteur du matin qui lui, n’a pas encore livré tous ses secrets. Dans un petit coin de ma tête j’espère que l’on croisera un autre habitant de ce lac : pour sa première fois en eau douce pourquoi pas faire le grand chelem, les perches, les sandres et le….

Brochet !!!

L’activité des poissons ralentit fortement sur la fin de journée. Matthieu a deux autres touches non fructueuses et le soleil décline : il est temps de rentrer.

Le contrat est rempli. Matthieu a découvert la pêche du sandre avec ses doutes et ses joies : l’un ne va pas sans l’autre ! 

Merci à lui pour sa confiance et sa bonne humeur. Nous allons fêter comme il se doit ces poissons bien mérités !!!

Catégories : Non classé

0 commentaire

Laisser un commentaire

Avatar placeholder

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.